La SIC présente La Fondation Petitmaître

Restaurant scolaire et APEMS

Membres

18 janvier 2023

La SIC d’Yverdon-les-Bains, Grandson et environ rencontre ses membres et vous les présente ! Aujourd’hui : la Fondation Petitmaître et son directeur Jean-Pierre Imhoff.

LA FONDATION

La Fondation Petitmaître s’inscrit historiquement dans la protection de l’enfance. Historiquement, car sa première action a été d’ouvrir un foyer. Petit à petit, la fondation s’est développée. D’abord autour de la protection de l’enfance, avec une série de prestations telles qu’un accueil de jour, des Matas [Modules d’Activités Temporaires Alternatives à la Scolarité, ndlr], un ASPC [Accueil Spécialisé pour Périodes de Congé, ndlr] une AEME [Action Éducative Mères-Enfants, ndlr] et une phase de progression pour des adolescents sortant de foyer qui ont besoin de temps supplémentaire pour acquérir une autonomie sociale et professionnelle. Ensuite, sur d’autres pôles. Le développement a été important, mais la mission initiale est restée identique.

Aujourd’hui, la fondation est construite sur trois axes : un résidentiel, un ambulatoire et un privé. Dans le premier se trouvent les foyers, la phase de progression, l’ASPC et une AEME. Dans le deuxième, les trois Matas, des éducateurs sociaux en milieu scolaire qui interviennent dans les établissements du Jura-Nord Vaudois, un accueil socio-éducatif de jour, un APEMS [Accueil Pour Enfants En Milieu Scolaire, ndlr] et un restaurant scolaire. Dans le troisième, une cuisine de production qui livre environ 800 repas par jour sur le temps scolaire notamment pour les cantines d’Yverdon-les-Bains et région. Sans oublier le restaurant d’application, l’Atelier du Parc, ouvert au grand public, avec son chef de cuisine et son équipe d’apprentis.

En tout, ce sont actuellement 136 collaborateurs qui dédient leur vie professionnelle à la fondation.

Un aperçu de l’Atelier du Parc

LE NOM DE LA FONDATION

Lui aussi a une histoire. Jean-Pierre Imhoff raconte : “la fondation s’est créée suite au testament de François-Frédéric Petitmaître. Il y avait mis qu’il souhaitait rendre une partie de sa fortune disponible pour ouvrir un foyer pour enfants. Dans ce même cadre, il avait également souhaité offrir un prix chaque année aux élèves méritants des classes d’Yverdon-les-Bains”. Il complète : “la fondation a une histoire fortement liée à la commune d’Yverdon-les-Bains”.

Nul doute que François-Frédéric Petitmaître serait fier de voir qu’en 1957, à savoir 98 ans après son décès, cette fondation éponyme a été constituée. D’autant plus fier d’y voir les premiers enfants accueillis en 1959 et l’ouverture officielle être célébrée en 1961. Des volontés testamentaires parfaitement mises en œuvre !

DES AMBITIONS SUR 5 ANS

“Continuer à répondre à la mission de la fondation et aux premières volontés de Monsieur Petitmaître”, affirme Jean-Pierre. Il complète : “nos valeurs s’inscrivent dans les suites de ce testament. L’objectif est aussi de répondre, au niveau de la région Jura-Nord Vaudois, aux besoins des enfants, tant dans le cadre de la protection de l’enfance que dans le parascolaire. Mais il restera toujours des améliorations à effectuer dans les encadrements à proposer et le développement de nouvelles prestations ainsi que d’autres structures. Une autre ambition que nous avons est de faire des liens avec certaines prestations régionales. Créer des circuits courts au niveau local”.

BIENTÔT SUR LE SITE INTERNET

Ces derniers mois, la fondation connaît une phase de développement intense. Récemment, un nouveau foyer a été ouvert. Nouveauté qui ne se trouve pas sur le site Internet, car le foyer a dû être créé très rapidement.

“Une autre information qui n’est pas sur le site est la présentation d’une maison qui accueille l’une de nos prestations. Maison qui permet un accueil très adéquat des jeunes concernés”, déclare Jean-Pierre.

LES POINTS FORTS

“Il y en a plusieurs. D’abord, nous sommes une fondation réactive parce que nous avons des collaborateurs réactifs. Je peux compter sur eux pour se mettre très rapidement dans des dispositions où il faut mettre beaucoup d’énergie dans un temps court. Mais nous avons également des situations complexes d’enfants qui ne trouvent pas de réponse dans les structures existantes. La fondation monte rien que pour eux des prestations à la carte. Ce qui nécessite à chaque fois la construction d’un projet d’accompagnement spécifique individuel et l’engagement d’une éducatrice ou d’un éducateur. Ces demandes du canton sont hors du cadre des prestations de la fondation, mais nous y répondons quand il y en a le besoin. C’est une grande force de la fondation. Donc les points forts sont selon moi la flexibilité, la réactivité, la créativité et l’intelligence collective de tous les collaborateurs.”

ANECDOTE TOUCHANTE

“C’est une anecdote qui montre aussi le cœur de la mission de la fondation”, annonce Jean-Pierre avant de continuer : “ici, on met toujours en avant, comme un mantra, que le centre de notre travail, ce sont les enfants. Et lorsque nous réfléchissons à ce que nous devons faire, quand nous sommes focus sur la qualité de ce que nous offrons aux enfants, nous ne nous trompons jamais”. Il raconte : “il y a quelques semaines, un des groupes d’éducateurs du foyer nous a formulé la demande d’aller à Disneyland Paris avec les enfants. Quand on a reçu ça, on s’est d’abord dit que c’était complètement dingue et que ça n’allait pas aller. Ensuite, on a réfléchi et on a décidé d’accepter. Ce que vivent ces enfants, être séparés de leurs parents, c’est très difficile au quotidien. Juste avant leur départ, ils sont venus nous remercier avec un grand dessin”. Une sortie du cadre de la fondation très touchante qui a ravi les 9 enfants concernés.

La SIC d’Yverdon-les-Bains, Grandson et environs, impressionnée par l’engagement de la Fondation Petitmaître envers les enfants, souhaite un long et bel avenir à ce membre !

ARTICLES RÉCENTS

CATÉGORIES

ADHÉSION À LA SIC

Devenir membre de la SIC d’Yverdon-les-Bains, Grandson et environs : des avantages, pas d’inconvénient ! Des centaines de personnes, physiques comme morales, nous font déjà confiance. Pourquoi pas vous ?