La SIC présente Au Bon Temps

aubontemps-1

Membres

22 juin 2022

La SIC d’Yverdon-les-Bains, Grandson et environ rencontre ses membres et vous les présente ! Aujourd’hui : la boutique Au Bon Temps et sa patronne, Catherine Fraigneau.

LA BOUTIQUE

Dans la boutique Au Bon Temps, tout est fait pour que la clientèle se sente bien. Une musique d’ambiance, un éclairage en douceur, une entrée plus discrète du côté de la Rue du Four et d’autres détails qui ont leur importance rendront votre visite agréable et inoubliable.

La variété des articles fait que le public-cible se sentant le bienvenu chez Au Bon Temps est très large : lingerie du bonnet A au bonnet I, taille 65 à 105, nightwear de la lingerie sexy au pyjama, collants et socquettes en tous genres dont certains écologiques en fibres recyclées, prêt-à-porter sexy, sensuel ou casual, maillots de bain et mode balnéaire, sous-vêtements invisibles et sous-vêtements pour hommes.

Travailler sans l’informatique était impensable, pour Catherine Fraigneau. Elle a été formée dans ce domaine et le considère comme primordial pour garder une trace : ventes, inventaire, stock, statistiques, et caetera. Ainsi, toute personne faisant partie de sa clientèle a sa fiche-client – pratique pour retrouver vos coupes et modèles favoris, ou si quelqu’un souhaite faire un cadeau à une cliente d’Au Bon Temps. Il y a également un programme de fidélité avec des réductions une fois un certain nombre de points atteints.

La devanture d’Au Bon Temps, à la Rue du Milieu 15 d’Yverdon-les-Bains

UN SERVICE EN PLUS QUI EN VAUT LA PEINE

Il était important pour Catherine de proposer une gamme de lingerie médicale. Pour les femmes ayant subi une mastectomie, notamment.

“Les soutiens-gorge sont sans armature et le plus doux possible à l’intérieur, vu que la peau avec des cicatrices est particulièrement sensible.”

Catherine opte pour des modèles jolis esthétiquement, avec de la dentelle entre autres, qui restent toutefois optimaux dans leur utilisation.

Lors d’un rendez-vous conseil, le procédé de sélection est le suivant : “je fais venir plusieurs prothèses. Avec la cliente, nous faisons des essais pour voir quels soutien-gorge et prothèse correspondent le mieux à son confort et à sa morphologie”.

Catherine va même plus loin dans la qualité de son service : “si mes clientes sont gênées, elles peuvent venir sur rendez-vous, avant que j’ouvre le matin, ou le lundi alors que la boutique est fermée. Comme ça, nous sommes seules et tranquilles. Parfois, je vis des moments touchants. Quand elles se regardent dans la glace et qu’elles découvrent leur silhouette, elles ont les larmes aux yeux.”

Un bilan tout aussi touchant que l’expérience : “je ne regrette pas du tout d’avoir proposé ce service”.

UNE MARCHANDISE RESPECTUEUSE DE CHOIX

Catherine l’annonce : “la lingerie, c’est technique. Ici, c’est un magasin spécialisé : j’aide mes clientes à trouver le sous-vêtement juste”. Mais en fait, pourquoi opter pour des sous-vêtements d’Au Bon Temps, médicaux ou non, et ne pas payer moins cher dans des grandes chaînes ?

Pour la qualité et le confort des soutiens-gorge. Ceux vendus chez Au Bon Temps en ont une armature avec un côté bombé qui se met contre la peau, “pour que ce soit le plus doux possible et pour éviter de blesser”. Autour de cette armature, plusieurs épaisseurs de tissu et de protection. “La peau va être complètement protégée”, indique Catherine. Mais ce n’est pas uniquement ce qui fait la différence : “les marques que j’ai font le suivi de toute la confection des soutiens-gorge. Ils ont un lieu de fabrication et des critères  dans un cahier des charges. Tout est vérifié et les employés de ces usines travaillent dans de bonnes conditions avec des contrats qui les rémunèrent convenablement”, détaille Catherine, avant de conclure : “c’est tout ça qui est derrière et qui justifie le prix.”

Tout est donc conçu pour protéger la peau et offrir le meilleur confort possible. Et c’est par cette qualité que se démarque Au Bon Temps. Elle se distingue également par le conseil en lingerie et l’historique de la clientèle. “C’est tellement important d’être bien dans sa lingerie. Si ce n’est pas le cas, vous êtes coincées toute la journée !”

Petit aperçu des articles d’Au Bon Temps

ANECDOTE ÉMOUVANTE

Catherine raconte le récent retour d’une cliente, une dame venue avec sa fille adolescente. Pour cette dernière, c’était la première fois dans une boutique de lingerie. “La maman m’a dit qu’elle voulait me remercier, qu’elle était ressortie de ma boutique les larmes aux yeux. Elle avait été touchée de la façon dont je l’avais accueillie et comme j’avais pu trouver ce qu’il fallait pour sa fille. Ça m’a fait très plaisir, mais pour moi, c’est normal, c’est le service à la clientèle. J’essaye de sentir comment agir, je m’adapte. Il le faut, c’est un domaine intime.”

AU BON TEMPS ET LE FUTUR

Catherine est là pour rester. Elle est consciente que créer et fidéliser sa clientèle prend du temps. Survivre au Covid est une étape qu’elle est heureuse d’avoir franchie et qui lui donne confiance en l’avenir d’Au Bon Temps.

Catherine continue à proposer les mêmes marques que la clientèle trouvait dans la boutique avant sa reprise : Aubade, Lise Charmel, Prima Donna, et caetera.

Catherine a créé et gère le site Internet. Elle y présente les modèles disponibles en boutique. Le site Internet est mis à jour quotidiennement. Elle poste également les nouveautés sur les réseaux sociaux, tels que Facebook et Instagram. Catherine a également créé un e-shop, mais la logistique d’un e-commerce est difficile à gérer. Aujourd’hui, elle se rend compte qu’y parvenir seule n’est pas possible. Quelque part, tant mieux : “autant se concentrer sur certaines choses et les faire comme il faut, plutôt que vouloir trop s’éparpiller.” Et ouvrir une autre boutique Au Bon Temps, serait-ce s’éparpiller, ou Catherine est-elle ouverte à cette éventualité ? “Pourquoi pas, mais dans ce cas, je serais moins en contact avec la clientèle. Avec cette boutique, il y a une part qui concerne la lingerie et une autre qui concerne l’humain. Et comme c’est intimiste, si ça ne passe pas entre la clientèle et la personne qui vend, la clientèle ira voir ailleurs. Il faudrait vraiment que je trouve du personnel de confiance avec qui la collaboration se passerait bien.”

Seule ou accompagnée, la SIC d’Yverdon-les-Bains, Grandson et environs souhaite tout le meilleur pour la suite à Catherine Fraigneau d’Au Bon Temps !

ARTICLES RÉCENTS

CATÉGORIES

Catégorie

ADHÉSION À LA SIC

Devenir membre de la SIC d’Yverdon-les-Bains, Grandson et environs : des avantages, pas d’inconvénient ! Des centaines de personnes, physiques comme morales, nous font déjà confiance. Pourquoi pas vous ?